Cet article sera là pour vous expliquer sommairement les 10 erreurs que nous voyons le plus souvent passer sur les groupes d’entre aide Ratouphiles, sur la page de l’association, etc.

1 – Les animaleries ne sont pas vos amies

Les animaleries qui vendent du vivant sont à éviter pour adopter. Le simple fait d’avoir la démarche de faire du profit au dépend d’une vie, d’y appliquer un prix de vente, une marge, et donc un bénéfice, devrait vous en dissuader.

Nous entendons souvent des arguments comme « L’animalerie où je vais traite bien ses animaux » ou encore « Si je ne l’avais pas acheté, il serait mort là-bas.»

Malheureusement, le fait que l’animalerie elle-même semble bien traiter ses petits protégés ne l’empêche pas de se fournir chez un grossiste chez qui l’animal n’est qu’une marchandise. La vidéo au sujet du sauvetage PeV le démontre très bien : https://www.facebook.com/watch/?v=318767678731824

Adopt, don’t shop.

2 – Les copeaux de bois ne sont pas pour toi

En effet, il a été démontré via plusieurs études que le bois n’était pas franchement un élément viable dans l’environnement du rat, et que la litière de copeaux de résineux était, quant à elle toxique. Un article est sorti il y a peu sur le sujet, juste là : https://wp.me/p64lJe-16g

3 – Si tu adoptes un ami, c’est pour la vie.

Bien souvent, nous avons des appels a l’aide sur la page ou par mail, de personnes ayant adopté un animal il y a à peine quelques mois et qui souhaitent s’en déba… Le replacer. Souvent, ces pauvres loulous ont été achetés en animalerie, et se retrouvent chez nous « parce qu’ils sentent mauvais » ou « parce qu’on déménage » ou « parce que je n’ai plus le temps ». Renseignez vous bien sur les besoins d’un animal avant de l’adopter, ainsi que sur sa longévité, ça évitera les surprises. Ci-joint un article général sur les besoins généraux du rat : https://larkencielle.com/2019/01/15/bases-maintiens-cages-litieres-sorties/

4 – Pour l’alimentation, pas de contrefaçons.

En effet, c’est un peu « le nerf de la guerre ». Plusieurs avis existent quant à l’alimentation, mais deux choix possibles : les mélanges, ou les bouchons. L’un comme l’autre, il faudra s’assurer que les bons taux soient respectés, et que la composition ne soit pas affreuse. Une bonne alimentation évitera bien des soucis de santé et aidera votre rat sur bien des plans.

5 – Pas d’adoptions sans maîtriser la leçon de quarantaine et d’intégration.

Nous avons mis en ligne il y a quelques mois de ça un fichier précis sur la quarantaine et les méthodes d’intégration. Nous l’avons renforcé avec les explications les plus poussées qu’on pouvait donner sur les comportements des rats pendant ces processus, afin que vous ne soyez pas pris au dépourvu.

Ce fichier, nous l’avons édité suite à plusieurs messages de détresse croisés sur la page de l’association ou sur le groupe, de personnes dépassées par des accidents découlant d’intégrations baclées et/ou sous estimées.

Il n’y a pas de secrets avec la quarantaine et les intégrations : Respectez-les, prenez votre temps, suivez les règles, et tout ira bien. Ci-joint l’article en question : https://larkencielle.com/2018/04/18/quarantaine-et-integration-dune-nouvelle-boulette

6 – Le rat est un animal magique, qui ne s’entretient pas sans fric

En effet, les rats sont peut-être des animaux peu coûteux, mais leurs soins véto peuvent vite vous pomper tout votre PEL. Beaucoup se retrouvent soudainement sans argent pour continuer les soins et/ou continuer d’assumer le maintien. De plus, tout va très vite chez nos amis les rats. Le manque de réactivité peut parfois leur coûter la vie. En résumé : prévoyez une cagnotte vétérinaire pour vos loulous, et ne partez pas du principe que le rat est un animal qui ne coûte rien.

7 – L’inter espèce est une pratique qui blesse.

Berthe, la rate de deux ans et Gûnther, le chien d’un an et des brouettes, jouent ensemble « depuis toujours ». La maitresse affirme savoir ce qu’elle fait et que son chien n’a rien de méchant.

Puis un jour, (et on ne saura jamais pourquoi) Günther a envie de jouer, et prend Berthe entre ses dents. Berthe a peur, et elle qui avait le cœur déjà fragile ne survivra pas à l’accès de folie du chien pourtant pas méchant.

Evidemment, vous faites ce que vous voulez chez vous, mais au moins, vous êtes prévenus des risques. Ça n’arrive pas qu’aux autres.

8 – Le rat n’aime pas la solitude, cela nuit à son attitude.

Le rat est un animal grégaire, et en adopter deux ne doublera en aucun cas la charge de travail quant au maintien. Au contraire, vos rats seront plus épanouis et auront une durée de vie directement impactée par ce bien être. Nous avons rédigé un article à ce sujet, pour celles et ceux qui aimeraient en apprendre davantage : https://larkencielle.com/2018/04/10/le-rat-et-son-allergie-mortelle-a-la-solitude

9 – Mâles et femelles tu dois séparer, sinon ils feront des bébés.

Le rat est sexuellement actif à partir de 5/6 semaines, et peut avoir des portées allant jusqu’à une petite vingtaine de ratons. La femelle a une durée de gestation d’une grosse vingtaine de jours, et une saillie quant à elle dure un quart de secondes. Evidemment, quand la rate a accouché, le mâle peut dès aussitôt la saillir. Ce n’est pas parce qu’ils peuvent que c’est sans danger pour eux, et que c’est une bonne chose, au contraire.

De fait, à moins que vos rats soient stérilisés/castrés, les mâles et les femelles ne doivent en aucun cas être mélangés, au risque de se retrouver dans le meilleur des cas avec une portée kinder, dans le pire des cas avec un décès suite à une complication lors de la gestation/mise bas/allaitement.

10 – L’anthropomorphisme n’est que pur idéalisme.

L’être humain aime traduire les comportements animaux à des choses qu’il connait, qu’il comprend. Si bien que, souvent, certains codes sociaux sont incompris. L’exemple le plus flagrant qui me vient en tête est celui des chiens qui grognent de joie lorsqu’ils jouent. L’humain a tendance à l’assimiler à quelque chose de négatif. Cependant l’animal ne fait qu’exprimer sa joie.

Pour les rats, c’est la même chose : certains comportements que nous aurions tendance à classer dans les comportements négatifs n’ont rien à y faire.  Pour reprendre l’exemple des intégrations, il est fréquent de voir des personnes séparer les rats lorsqu’ils se battent. Pourtant c’est ainsi qu’ils instaurent leur hiérarchie, et les en empêcher augmente leur frustration et les tensions, et ça augmente les chances de bagarres plus graves, plus violentes.

En bref, les rats et les animaux en général ont leurs propres codes et leurs propres interactions. Apprenez à décrypter leurs comportements et renseignez-vous à leur sujet, mais évitez de les comparer aux comportements humains, qui sont forcément totalement différents.