Nous pouvons souvent lire sur les différents forums et groupes dédiés aux rats que les sorties à l’extérieur ne sont pas préconisées.

Effectivement, lors de sorties, nous faisons subir à nos petits compagnons divers dangers auxquels on ne pense pas forcément sur le moment, et qui peuvent s’avérer être fatals pour eux : les voicis

1 – Les prédateurs

Les rats ont de nombreux prédateurs :  certains oiseaux (faucons, buses, chouettes, hiboux, busards, corbeaux, corneilles…), ainsi que les chats (domestiqués ou non), certains serpents, les renards, les belettes… Alors certes si vous vous trouvez dans une grande ville, vous ne croiserez pas de renard dans le parc du coin. Cependant, quelque soit la ville où vous vous situez, il y a des animaux qui se sont adaptés à l’urbanisation, et les corneilles ainsi que les chats (qui ne sont pas forcément pris en charge) en font partie.

Donc ne vous dites pas que, « parce que vous n’habitez pas à la campagne », vous n’êtes pas concerné, bien au contraire.

Histoire rapportée : Un rat se balade au bout d’un harnais, accompagné de son humain dans un parc en région parisienne. Il fait beau, tout va bien, le rat renifle un peu partout, curieux, et pas très rassuré. L’humain quant à lui est occupé par tout autre chose : une humaine. Ils discutent, le parc est calme, il n’y a pas grand monde. Ils s’assoient dans l’herbe pour profiter du beau temps.

Soudainement, l’humain sent un coup sec tirer sur le harnais, et le trouve soudainement plus léger. Il y jette enfin un œil : trop tard, le rat n’est plus là. Est-ce qu’il a rongé le harnais ? C’est possible, mais vu le coup, très peu probable et ce dernier semble bel et bien arraché… La thèse d’un prédateur qui tire un coup sec et se barre avec est bien plus cohérente. L’humain regarde autour de lui et ne voit rien. Un chat qui aurait voulu jouer ? Un chien ? La finalité est la même : retrouver son rat après ça relève tout bonnement du miracle. Des publications sur les réseaux sociaux, des recherches, puis plus rien.

Histoire et témoignages à part, il faut également savoir qu’un des plus grands prédateurs du rat, c’est l’humain. Et l’humain, il est partout, ce qui nous emmène au point suivant :

2 – Humains phobiques ou malveillants

Les sorties de nos petites bêtes peuvent également être mises en danger par les personnes phobiques des rats. Nous ne sommes pas sans savoir que les rats sont des animaux encore très mal vus par certaines personnes et d’autres, en ont très peur, voir en sont phobiques. Ils peuvent avoir des réactions incontrôlées ou malintentionnées allant du simple cri au geste violent envers l’animal. Ces gestes peuvent vite créer des situations dramatiques causant des blessures graves, voir la mort…

Si le rat se balade dans un lieu public comme un parc, qu’il s’éloigne un poil de vos bras, si vous détournez la tête une seconde ou encore s’il se trouve sur votre épaule, il est très simple de le saisir avant que, surpris, vous ne puissiez réagir. Un rat est un animal fragile : une pression trop forte, une chute trop haute, et leur pronostic vital est engagé.

3 – Fuite de votre animal

Votre rat peut prendre peur face à un bruit, un geste ou encore un animal et s’enfuir, écoutant tout simplement son instinct de survie.

Les harnais ne sont pas très efficaces : Là ou la tête passe, le corps passe. Ne perdez donc pas de vue que votre rat peut tenter de filer à tout moment. Quoi qu’il arrive, si vous les sortez en harnais ou tout simplement sur votre épaule/dans votre capuche, le rat peut tout bonnement en sauter, préférant l’optique d’un saut de dix bons mètres très hasardeux à l’idée de finir dans la gueule d’un danger qu’il aurait senti, entendu, perçu, ou même imaginé.

A partir du moment où il est par terre, c’est terminé : soit parce qu’il n’aura pas survécu à la chute, soit parce qu’il est partit, et que terrorisé comme il est, il y a très peu de chances que vous remettiez la main dessus.

4 – Leptospirose et autres

Dehors et en contact avec le sol, l’herbe et un environnement dont, clairement, vous ne contrôlez rien, il y est tout à fait possible que votre rat attrape quelque chose par le biais de l’urine ou des déjections d’autres animaux. Vous ne pourrez pas voir ce qu’il fait à chaque seconde ou détecter l’urine potentiellement présente ça et là. Les bactéries ne peuvent survivre qu’en milieu au minimum « humide », à savoir sols boueux eau douce, etc, et celles-ci pour leur part, ne peuvent pénétrer une peau « saine ». Une contamination implique donc que votre rat ait une légère griffure. Mais vous le savez très bien : ce n’est pas quelque chose de rare chez nos loulous. Les risques sont donc faibles, mais il n’empêche que ça peut arriver, et ce genre de maladies ne sont pas à prendre à la légère, certaines vis-à-vis de votre animal, et d’autre vis-à-vis de vous et de votre famille ! Le SDA par exemple est un virus qui se transmet par l’air et baisse les défenses immunitaires du rat, laissant ce dernier complètement démuni face aux infections secondaires.

5 – Les courants d’air et chocs thermiques

Les courants d’air bien placés ou les chocs thermiques peuvent provoquer différents problèmes plus ou moins graves qui peuvent être fatal à votre animal. Un choc thermique se produit lorsque la température extérieure est radicalement différente avec celle de son lieu de vie. C’est pour le/les en protéger qu’il est conseillé, lors d’une inhalation, de laisser le rat quelques minutes dans la boite où il se trouvait pour qu’il s’habitue progressivement à la chaleur extérieure à la boite. Il en est de même pour vos sorties : s’il fait 35 degrès dehors et que chez vous, avec la clim, vous tournez a 20°, votre rat peut facilement succomber.

De même, les courants d’air peuvent être un danger non négligeable. C’est pour cette même raison que nous conseillons de ne pas installer les cages « en plein courant d’air » et de prendre soin de les déplacer si l’aération de la pièce en crée un en direction de la cage.

En été, il peut faire chaud et sec mais le vent ne se contrôle pas. Vous pouvez très bien sortir de chez vous sans qu’aucune brise ne soit perceptible et en sentir en chemin ou une fois à destination. Un rat exposé à ceux-ci peut facilement tomber malade, et mal traité, peut vite lui être fatal. Nos loulous ne sont pas en sucre, mais autant faire attention à ce genre de dangers très simples à éviter.

6 – Danger empoisonnement

Lorsque vous sortez vos rats, vous les exposez également à des risques d’empoisonnements. Ça peut être dû à des plantes toxiques auxquelles ils auront accès, à des produits de traitements (pesticides, engrais, produits renversés…) ou bien tout simplement à des voisins malveillants qui s’amuseraient à piéger les environs à l’aide d’appâts empoisonnés.

Ces produits sont rarement identifiables une fois appliqués et ont souvent un effet rapide sur votre animal. Un empoisonnement chez le rat est extrêmement difficile à traiter car son organisme ne lui permet pas de vomir. Il faudra donc tenter de neutraliser la substance toxique dans son estomac.

7 – Kingsley – Témoignage

Histoire vécue à l’association : Lors d’une de nos toutes premières prises en charge, nous avons réceptionné un rat adorable, une patate géante qui ne demandait que des papouilles. Il vivait seul depuis un moment, et la famille devait s’en séparer pour cause de ré-emménagement dans un lieu plus petit.

Lors de la prise en charge, nous avons tout de suite remarqué une boule sur son flanc droit. Quelque chose d’assez mou au touché, mais qui était assez volumineux. Nous avons donc demandé à la famille si elle avait remarqué l’apparition de cette masse, si oui depuis quand, et si elle avait une idée de la potentielle source. La réponse fut rapide, le maître du rat avait sorti celui-ci dans un parc la veille, et il s’était égratigné avec une branche.

Nous n’allons pas vous détailler les différentes visites chez le vétérinaire, les prises en charge à répétition, et la masse qui ne disparaissait pas malgré tout ce qui avait pu être mis en œuvre. Ce rat n’aura pas survécu à cette sortie, et sera décédé après quelques semaines seulement.

Conclusion

Lorsqu’un adoptant nous demande des conseils sur ce genre de choses, nous lui expliquons les points cités ci dessus. Nous lui expliquons que c’est prendre de grands risques pour peu de choses, et que bien que nos rats ne soient pas en sucre, nous ne pouvons pas accepter ce genre de pratiques chez l’adoptant. Nous privilégions des tutoriels qui permettent d’emmener le dehors aux Ratoux d’intérieur. Nous expliquons comment bien renouveler l’air d’une pièce, quelle terre choisir pour préparer un espaces verts accessible aux Ratoux, et quoi y faire pousser. Comment faire un bac d’eau en mouvement fait également partie des choses que nous pouvons vous apprendre, bref, il y a mille et une manières de rendre l’extérieur accessible à l’intérieur et dans leur environnement : il suffit de bien s’organiser, et on oublie les milles et un risques cités dans l’article.

Photos 

Sources 

Orkin

Pets On

Diconimoz

Ratoupédia