Aujourd’hui nous allons vous parler d’une créatrice de dodo plutôt connue dans le monde de la protection animale : il s’agit de Damaya Couture. En place depuis maintenant presque un an, elle mêle compositions éthiques, responsables, craquantes, inédites et vraiment respectueuse de nos animaux.

Engagée auprès de plusieurs associations de protection animale, Damaya Couture et sa créatrice Cécilia Chenal n’ont clairement pas pour vocation à devenir une énorme usine à profit, mais plutôt d’écouter chaque besoin de chaque client, de chaque animal, et d’y répondre au mieux. Elle passera du temps sur vos futures créations personnalisées, répondra à chacune de vos questions, et se débrouillera pour que vous receviez votre commande aussi vite que possible.

Elle propose des produits vraiment variés (des box à choisir selon la taille de vos animaux, des abonnements, des complets pour cage, des dodos de toute forme…), le tout a un excellent rapport qualité prix. Elle communique énormément sur sa page, et a même créé un groupe dédié privé sur lequel elle s’emploie à être encore plus proche de ses clients !

Nous avions très envie de vous dévoiler un peu sa boutique et sa personnalité, nous vous laissons donc découvrir cette créatrice endurcie a travers les questions que l’association toute entière s’est employée a lui poser. (Et nous étions très curieux)  

L’interview Magique

  • D’où vient le nom de ton entreprise ?Le nom de mon entreprise est une contraction de mon prénom et de ceux de mes fils :
    DA-mien, MA-thias et cécil-IA. C’est devenu Damaya !
  • Depuis quand couds tu ? Quand as tu su que tu souhaitais en faire ta profession ?Je couds depuis plus de 15 ans, j’ai eu ma première machine à coudre en 2002 ! Mais je couds de manière quotidienne et intensive depuis 3 ans.
    J’ai les diplômes universitaires pour être prof donc rien à voir ! Mais une maladie en a décidé autrement ! J’ai toujours eu de l’endométriose, mais il y a 3 ans, elle a pris de l’ampleur et m’a clouée au lit. Je ne pouvais plus rien faire … seulement coudre ou regarder des séries sur l’ordi… j’ai commencé à déprimer de ne rien pouvoir faire de mes journées… Une amie m’a offert l’opportunité de reprendre sa grosse page facebook avec des clientes désireuses d’avoir des créations couture… au début j’ai commencé pour m’occuper … et petit à petit j’ai mordu à l’hameçon et je me suis prise au jeu. Aujourd’hui je suis très fière de ce que je fais, de cette chance que j’ai su saisir au bon moment. Ça me permet de travailler de chez moi, malgré ma maladie. Je vois mes enfants grandir. Ça n’a pas de prix.
  • Qu’est ce qui t’a motivée pour te lancer dans la couture dédiée au animaux ? (Qui est quand même un milieu très restreint)Je suis une passionnée d’animaux (j’en ai 25 actuellement) et notamment de rongeurs. J’ai commencé par coudre pour les enfants, mais les créations pour animaux me plaisaient plus. Elles sont moins techniques mais on a plus de liberté. Je voulais aussi apporter dans ce milieu des notions de qualité du tissu (évidentes dans la couture enfants mais très peu présente chez les animaux), de labels, de zéro déchet, de recyclage … Je suis une maman et je veux offrir le meilleur aux animaux (ce sont un peu nos enfants !). Des matières douces, amusantes, colorées et de qualité ! Si c’est pour vendre des dodos en tissu asiatique, c’est pas la peine. C’est pas de l’artisanat pour moi. Il faut que ça reste « noble » même si c’est « juste » pour des animaux… eux aussi ont droit au confort ! C’est un signe d’amour pour moi ! Du coup j’ai souvent des motifs enfantins avec une réelle obsession pour les renards !! On sent que je viens du milieu « enfants » XD
  • Ce talent de couturière te viens t-il de quelqu’un ou as tu appris seule ? As tu reçu une formation ?J’ai appris seule au début. Puis j’ai suivi quelques cours avec des couturières professionnelles pour les points techniques non maîtrisés. J’apprends tous les jours et je propose des créations de plus en plus grosses et complexes.
    Je me suis formée à l’entreprenariat cependant !
  • Gères tu ton entreprise toute seule ? Combien de temps as-tu mis avant de te lancer ?Oui je gère seule. Mon mari m’aide uniquement quand je ne peux pas effectuer certaines tâches à cause de ma maladie (il emballe les colis, il va à la Poste etc) Je crée, je communique, je couds, je prends en photo (ça je suis nulle !)
    J’ai ouvert en quelques mois à peine, le temps de tester le projet et de faire la paperasse administrative. Réfléchir c’était prendre le risque de douter, alors je me suis jetée à l’eau le plus rapidement possible !
  • Combien de temps en moyenne mets tu à réaliser un dodo ? A coudre c’est relativement rapide, entre quelques minutes et une heure. Mais la conception, le patronage, la découpe des tissus, la recherche des tissus… Ça peut prendre des semaines !
  • Quel modèle préfères tu réaliser ? Celui pour lequel tu as le plus de demandes ? Et celui que tu aimes le moins confectionner ? (Que ce soit à cause d’un tissu relou ou à cause de la forme etc. Peu importe la raison, celui que tu n’aimes pas épicétou)J’adore coudre les petits modèles pour souris ! C’est tout petit, c’est tout mignon et ça se coud vite ! Je vends énormément de cubes et de dodos doubles. Les tapis pour cage sont la nouveauté de l’été !

    Je déteste confectionner les commandes trop personnalisées. Je perds la notion de création. Je n’ai l’impression que d’être une « petite main » comme on dit. J’ai du coup complètement arrêté ce système de commandes. Je ne vends maintenant que des dodos déjà cousus, prêts à l’envoi ! C’est un peu nouveau dans ce monde très basé sur la personnalisation mais ça me correspond beaucoup mieux

  • Réalises tu des modèles « sur mesure » si tu en as la demande ? (Admettons, je peux un dodo Pokémon kawaii dans les tons roses en forme d’étoile à six branches avec des tunnels au bout de chaque branche et.. enfin tu vois le genre ?) 

    Je pourrais le faire. Le souci c’est que ça demande beaucoup de temps (recherche, patronage etc…) et donc le prix est élevé pour l’objet au final … si je mets 6h à trouver LE tissu … ça fait cher le dodo ^^ Après les clientes me soumettent beaucoup d’idées et quand une se démarque et me plaît, je la propose en boutique ! J’adore ça !

  • Ou trouves tu tes tissus ? Sans forcément donner le nom de ton fournisseur, te fournis tu plutôt « en ligne » ou plutôt en réel ? Fonctionnes tu au coup de coeur ou pas du tout ? (Exemple à Paris on a le marche st Pierre) 

    Alors mes tissus viennent de toute l’Europe. 99% d’entre eux sont labels OekoTex et/ou bios. Ce sont donc des tissus spéciaux qu’on ne trouve pas forcément dans tous les magasins lambda. Tout passe par internet. Ca me garantit une qualité qui est importante à mes yeux (pas de toxicité, pas de colorants inutiles et dangereux etc…) Je peux en acheter sur un coup de cœur, en magasin s’il répond à ces critères. Je n’utilise ni peluche ni douillette bas de gamme, mes doublures sont toutes en polaire de qualité. J’ai horreur du minky (ou le pilou) par exemple. C’est super doux… et super chimique !

  • Que penses tu des dodos industriels ? 

    J’en possède. Mais je les choisis avec soin. On ne va pas se mentir, si vous achetez un coussin à 3 euros, c’est forcément du bas de gamme et ça peut comporter des risques (mousse inflammable, tissu coloré toxique etc)… beaucoup de gens sont attirés par les petits prix et je le comprend parfaitement mais il ne faut pas fermer les yeux sur l’éthique de ces produits. On ne prend pas de rats en animalerie mais on a des dodos cousus par des enfants ? Ça n’a aucun sens pour moi. L’industrie textile est une des plus polluante de la planète. J’essaie d’éviter d’y participer.

  • Comment ça se passe avec la concurrence, est-t-elle rude ? 

    La plupart des couturières déclarées se connaissent et je pense, se respectent. Il y a bien parfois quelques vols de « textes » ou d’idées mais rien de bien méchant. Personnellement j’aime beaucoup certaines créatrices et ce qu’elles font ! J’ai pas honte de le dire :) On est environ une quinzaine. Je pense qu’on pourrait sans doute communiquer plus entre nous mais pour le moment l’ambiance reste distante et cordiale.La concurrence non déclarée est par contre beaucoup plus compliquée à gérer. Elle pille les créations, elle casse les prix (quitte à vendre à perte… j’ai jamais compris…), elle insulte, elle jase dans le dos etc… Les clients doivent vraiment apprendre à faire la différence (en demandant le SIRET tout simplement). Certaines ont de grandes pages, avec beaucoup de dodos vendus … et pourtant c’est illégal … Il y a des étudiantes qui font de l’argent de poche, des personnes qui font ça « par loisir », qui ne savent pas coudre… c’est vraiment pas professionnel du tout…. Les déclarées ne sont pas parfaites, mais au moins elles ont fait les démarches qu’il fallait pour pas se moquer de la sécurité animale et des conditions d ‘achat des clients. Couturière c’est un métier un vrai ! Ça ne s’improvise pas. Quand je vois une non déclarée dire « j’ai la passion de ce métier » … ça m’attriste.

  • Que penses tu des gens qui font leur dodos eux même ? (avec ou sans machine à coudre et surtout sans forcément les vendre.) 

    Je trouve ça super ! J’essaie de les aider au maximum en leur indiquant souvent si les tissus utilisés sont adaptés ou non ! Elles ont tendance à recycler des tissus ou à mal les choisir ! Il ne faut pas prendre n’importe quoi. Il faut apprendre et s’entraîner pour ne pas mettre en danger son animal. Quand je vois certains tutos sur youtube je rigole ^^

  • Que penses tu des vendeurs à la sauvette Facebook ? En quoi sont ils dangereux à ton avis ? 

    Se déclarer, c’est se respecter soi-même et respecter son client (l’animal et son humain). A partir du moment où quelqu’un ne respecte rien, ni lui-même, ni ses dodos (bradés par message privé !) ni le client … oui c’est dangereux ! Ce qui est sûr en tout cas, c’est que leur motivation première, ce n’est pas votre animal !

  • Quelle est la partie que tu aimes le plus dans ton travail ? Et la partie que tu aimes le moins ? 

    Ce que j’aime le moins ? Le stress avant les grands salons animaliers. Quand il y a des dodos partout dans l’atelier, quand j’ai peur d’oublier quelque chose, quand il y a une deadline qui approche ! Pourtant je bosse bien sous stress mais à chaque fois j’ai hâte de me poser derrière mon stand et rencontrer les clients :)
    Moi j’aime coudre. Je ne pense à rien, je regarde juste l’aiguille qui mord le tissu, je suis entourée par le bruit de la machine et ça me suffit. On atteint parfois le flow, cette sensation de bien être que les sportifs connaissent bien. Plus rien ne compte. Et plus c’est technique et plus ça m’amuse. Chaque dodo est un défi. J’aime mettre le maximum d’amour dedans et j’espère toujours que ça se ressent ! Quand une cliente me dit « on voit la différence ! » de qualité, ça me réchauffe le cœur. Avec des enfants et une maladie, ce n’est pas toujours facile mais ça en vaut tellement tellement la peine ! Mes clientes m’apportent du réconfort tous les jours !

Photos