Bonjour braves adorateurs de boulettes de poils lisses et frisées en tout genre ! Nous espérons que vous allez bien en cette magique journée, car nous avons une épopée a vous narrer ! (Je sais pas. Me demandez pas.)

L’épopée

Dimanche 24 septembre, nous avons fait un petit voyage. Nous sommes partis, avec notre bonne humeur et notre soif d’aventures, en direction de Saint Quentin. Les filles (Et le garçon °^°) de l’association « Les Ar-NACoeurs » nous manquaient atrocement. Nous devions faire un transfert de trois ratons depuis Saint Quentin jusque Paris pour une famille adoptante, c’était donc le moment parfait ! Profitant de cette magnifique excuse pour nous incruster a la table des associatifs, je me suis rendue compte une fois là bas que jamais je n’avais parlé d’eux sur le blog. (Shame.)  Personnellement, je les connais désormais depuis quelques mois, mais a chaque fois que je me rendais a Saint Quentin c’était en coup de vent. C’était donc très agréable de pouvoir passer un peu de temps avec ces passionnés des animaux. Une passion commune c’est vraiment génial pour rencontrer et partager avec d’autres humains ! Bref, a force d’être bien, j’ai profité du moment pour soumettre l’idée d’une petite interview pour l’asso !

L’interview Magique

Combien êtes-vous ?

Notre bureau est constitué de 4 personnes : Adèle GOËTZ : Présidente, fondatrice Dylan PECOURT : Vice-président Élodie MONFRONT : secrétaire Julie THIESSET : Trésorière

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Pour Julie et Dylan, je les ai rencontrés totalement par hasard en avril 2017 en tombant sur une page Facebook pour sauver des animaux d’une animalerie (boucherie) de Saint-Quentin. Comme ils sont en couple, je les ai connus en même temps. Pour Élodie, je l’ai rencontrée durant l’adoption d’un des ratons de la portée Kinder (Portée accidentelle dû à un vétérinaire peu scrupuleux) d’une de mes rates. Voyant la bonne personne qu’elle est, je lui ai proposé, avec l’accord de tous, d’être notre secrétaire. Et elle a accepté =)

Note de Larkencielle : Nous avons connu Adèle lors du mouvement que nous avions lancé contre la dite animalerie de Saint Quentin.

Quelle est la date de création de votre association ?

Je me suis portée bénévole au refuge SPA de Saint-Quentin au mois de novembre 2016. Lorsque j’ai vu le nombre d’abandons de rats, lapins, oiseaux ou autres, j’ai décidé de créer mon assos pour les NAC (car la SPA n’a pas de structures pour les accueillir). L’association était alors de fait (forme juridique d’une association non déclarée mais légale) en novembre 2016. L’association est devenue officielle  (Asso « loi 1901 ») le 23 août 2017.

Quels animaux sont concernés par vos sauvetages ?  

Tous les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) : rongeurs, oiseaux, reptiles, furets, poissons, tortues… En gros tous sauf chats, chiens (pour lesquels la SPA est généralement équipée) et chevaux (Parce que pour eux, je n’ai pas encore leur écurie perso. Je sors.)

Comment organisez-vous les sauvetages ?

Un sauvetage part, dans la plupart des cas, d’un signalement anonyme. Nous n’avons absolument pas le droit de saisir un animal chez un particulier ou autre sans décisions de justice. Souvent, quand une maltraitance est avérée, je me rends personnellement sur le lieu pour négocier à l’amiable la saisie de l’animal. Nous ne donnons pas d’argent pour sauver un animal. Si les propriétaires ne sont pas disposés à trouver un accord, une plainte est déposée. Cependant, lorsqu’un animal est en divagation (ou abandon) et qu’il est placé chez nous, il devient « notre propriété » au bout des 8 jours légaux de fourrière. Nous sommes aussi parfois appelés par des personnes dépassées ou en grande difficulté financière pour que l’animal dont ils doivent se séparer souvent à contre cœur, soit réadopté par une bonne famille pour la vie.

Comment procéder pour laisser un animal chez vous ?

La marche à suivre est simple : nous contacter.
Par email : assoslesarnacoeurs@outlook.fr
Par téléphone au 06.70.39.66.92, ou bien encore via notre page facebook : « Les ar-NACoeurs ».
Nous essayons le plus possible d’accepter toutes les demandes « d’abandon » mais je pense que par la suite, il nous arrivera probablement d’être sans places disponibles malgré nos nombreuses familles d’accueil. Toutes personnes souhaitant participer en étant une de ces familles est la bienvenue (bien sûr la demande est étudiée à la loupe, pour éviter toutes mauvaises surprises). Nous ne jugeons pas les personnes en détresse. Cependant, nous faisons « la leçon » aux personnes irresponsables qui souhaitent nous confier leur animal pour des raisons souvent surréalistes.

Comment en adopter un ?

Comme dit plus haut, nous avons une page Facebook toujours à jour, où nos animaux à l’adoption sont présentés. Une fois avoir craqué sur un de nos protégés, il faut nous contacter par les manières citées plus haut. Nous demandons alors « pattes blanches » : la famille adoptante doit pouvoir subvenir au besoin de l’animal dans de bonnes conditions. Nous demandons soit des photos, soit allons voir directement sur place. Ensuite un contrat d’adoption est signé en deux exemplaires. Nous demandons une participation financière (frais d’adoption) pour pouvoir continuer à sauver d’autres loulous (Les frais sont très bas comparés aux animaleries ou autres). Nous demandons aussi par la suite, des nouvelles régulières pour suivre le bien-être de l’animal. Si la famille adoptante ne joue pas le jeu, nous partons chercher l’animal (heureusement pour l’instant, cela ne nous est jamais arrivé). Note que tout ceci est bien stipulé dans le contrat.

Jusqu’où pouvez-vous aller pour récupérer un animal ? (Quelle est votre zone d’action ?) 

Alors là, très bonne question ! Nous n’avons pas de zone bien définie. Je vais personnellement souvent à Reims et à Beauvais, donc je récupère parfois des loulous là-bas. Nous avons aussi la chance d’avoir une bénévole (toi mouahah) à coté de paris, qui nous aide bien, surtout pour les adoptions ! Et notre trésorière est en internat à Creil la semaine. Sinon en général, nous sommes prêts à faire 1h/1h30 de trajet pour aller chercher un animal. Y compris pour aller faire adopter un de nos protégés.

Acceptez-vous les co-voiturages / les organisez-vous ?

Oui, nous acceptons les co-voiturages mais il est très difficile d’en trouver hors période de vacances scolaire, mais il nous arrive aussi d’en organiser. Par exemple : Fiona, une rate adoptée à Bordeaux.
J’ai transporté Fiona à Beauvais où une super famille nous attendait pour la déposer à Bordeaux où ils se rendaient en vacances. Il est également très difficile de trouver des boites de transport car nous ne pouvons pas nous permettre d’en acheter et de les donner à chaque adoption. Nous avons donc lancé un appel aux dons de vieilles boites de transport abîmées ou trouées (que nous rafistolons nous même pour la sécurité du ou des voyageur(s))

Un truc à ajouter ? ^.^

Adèle : Mon but premier est de sauver des animaux quels qu’ils soient. Je n’ai pas de préjugés sur tel ou tel genre ou race. Je pense que nous vivons dans une société où la place des animaux, judiciairement, est insignifiante, et que sans les associations ce serait pire ! Voyons les cas de maltraitance sur des chiens, des chats ou encore des équidés qui ne sont quasiment pas punis par la justice française ! Alors imaginez pour des rongeurs ou encore des oiseaux. Le deuxième point est de me réconcilier avec l’espèce humaine (lol), nous rencontrons des gens vraiment formidables, et pour ma part j’avais vraiment perdu fois en l’humanité, en la cohésion et en l’entraide. Grâce à l’association, j’essaye le plus possible de créer du lien avec différentes associations de protection animale, le but étant toujours le même : la cohésion et l’entraide pour nos amis à quatre pattes. Ils le méritent tant !

Qu’est-ce qui vous plait et vous dégoûte le plus dans cette vocation associative ?

Adèle :  Pour les bénévoles, le plus difficile, c’est de faire face aux abandons et à la maltraitance. Le plus triste, c’est que la justice ne nous aide pas, ou très rarement, malgré de nombreuses lois existantes pour la protection de nos poilus…La plupart du temps, on ne veut même pas prendre nos plaintes (hélas, les gendarmes et policiers ont autres choses à faire…) et quand on arrive à la déposer, notre plainte est classée sans suite. Comprenez bien que torturer un animal ou faire de l’élevage intensif, ce n’est pas si grave…

Julie :  Travailler pour cette association et donner une seconde chance à des loulous qui n’en ont jamais eu me plait énormément. Il m’est par contre très difficile de faire face aux situations dans lesquelles nous les retrouvons parfois, et encore plus de voir leurs maîtres complètement indifférents.

Elodie : J’adore être entourée d’animaux, en sauver, leur donner une seconde chance et les moyens de trouver une famille aimante qui saura combler tous leurs besoins. J’aime déjà beaucoup moins me retrouver face a des situations de maltraitance, ou tomber sur des maîtres qui ne connaissent pas leur animal et donc ne savent pas combler ses besoins. Je suis encore plus dégoûtée par les personnes qui prennent leur compagnon pour une peluche…

Dylan : Ce qui me plait le plus pour ma part, ce sont les responsabilités qu’entraînent mon poste ainsi que l’aide apportée aux animaux.

La conclusion

Et voilà, c’est la fin de cette interview. Pour conclure je souhaitais vous en parler du point de vue d’une personne extérieure a l’organisation des Ar-NACoeurs. Du point de vue du refuge, du coup ! Les Ar-NACoeurs, pour nous, ce sont avant tout quatre personnes très humaines, qui verront toujours les besoins de l’animal avant tout le reste. Nous les avons connus avant la fondation du groupe, mais ça ne change absolument rien a ce qui les fait vivre et vibrer jour après jour. Bref, ils sont ouverts et dispo autant que possible, et a eux quatre ils combinent leurs savoir et s’y connaissent énormément et sur beaucoup d’espèces différentes, et c’est vraiment très agréable de traiter avec eux. N’étant pas une association officielle pour notre part, nous avons décidé d’y être bénévoles, ce qui leur permet d’avoir quelqu’un sur Paris, et nous ça nous permet de gérer les adoptions avec eux si un jour on a plus de place ou autre. On s’échange les informations. Les dons. Les trucs sympa quoi. Ce que j’essaie de dire, je crois, c’est que c’est la première fois que dans un partenariat avec une autre personne ou entité j’ai l’impression que c’est donnant donnant. Ils nous donnent autant qu’on peut donner nous, et ça c’est magique.

Pour les tarifs et les animaux à l’adoption, je vous laisserais voir directement sur leur page, juste ici : « Les Ar-NACoeurs » ! Je vous encourage vraiment à voir avec eux si vous êtes en recherche d’un petit animal ou en difficulté avec le votre. Comme d’habitude, vous pouvez aussi nous contacter sur la page « Larkencielle », je transmettrais vos demande avec plaisir. (Mais bon tant qu’a être sur FB autant vous rendre sur la bonne page non ?)

Nous espérons que cette lecture vous aura plu. Si vous avez tout plein d’autres questions, n’hésitez pas a les poser dans les commentaires ou sur les pages Facebook que nous vous avons données !

A très vite bande de dégénérés du poilu a longues dents !